Les rats de Sevran

20 juillet 2019

Signez la lettre ouverte adressée au maire de Sevran

logo change

Signez

la lettre ouverte en ligne au maire de Sevran

et/ou 

  Téléchargez, imprimez et faites signer

la Lettre_ouverte_au_maire_de_sevran

avant de nous la renvoyer

 

afin que soit rapidement entreprise une dératisation d'importance

 

 

 


21 juillet 2019

Lettre ouverte à M. Le Maire de Sevran à propos de la prolifération des rats qui pénètrent dans les logements !

 

Monsieur le maire,

 

Sur le nouveau site internet de notre ville, nous découvrons les actions de la mairie en matière de « gestion des animaux nuisibles », en particulier les rats.

 

 

ce que fait sevran pour erradiquer les rats

 

Pour les habitants des rez-de-chaussées d'immeubles et des pavillons,

les rats sont un véritable fléau : ils entrent dans les logements

où ils causent des dégât aussi importants que coûteux !

 

 

Dégâts sous cuisine équipée

 

Degâts électriques sous un meuble

 

      

Certes, il est du devoir de chacun de dératiser dans son logement ou son commerce. Mais il est incontestablement du ressort de la ville de s'attaquer beaucoup plus efficacement qu'elle ne le fait déjà aux rats qui élisent domicile et se reproduisent dans les espaces publics.

Avec :

  • un objectif affirmé de contribuer/soutenir les efforts des citoyens pour erradiquer ce fléau
  • une exigence de moyens supérieure à la pose de quelques pièges de la part de ses prestataires
  • une fréquence d'intervention supérieure à l'unique passage annuel
  • une information plus claire, directe et ferme en direction des commerçants, bailleurs et syndics de copropriété pour bien synchroniser les actions

 

 

20190720_064554

 

 

En effet, depuis les travaux de rehaussement des quais et leur mise en accessibilité (ascenseurs, escalators), les rats ont quittés les sous-sols de la ligne B pour y creuser avec bonheur leurs terriers dans le parc des sœurs ; les friches alentours et aux abords immédiats des résidences du Stade, Isabelle, Irène.

 

20190720_064140

terrier rats parcs et jardins

 

 

 

 

 

 

 

 

Rappelons à ce sujet que les jardinets de ces résidences sont propriétés de la ville, même si les habitants en ont l'usage « privatif »...

 

Les rats y gambadent joyeusement : sans bouger, on peut en observer courir sans discontinuer à la vitesse de l'éclair ; en entendre de plus en plus souvent attaquer nos murs/meubles/câbles à l'intérieur de nos appartements !

 

rats de sevran au marché

 

Par ailleurs, « le respect (...) des mesures d’hygiène et de sécurité [sur le marché] » que vous évoquez en page 4 du n°177 du Journal de Sevran porte lui aussi sa part de responsabilité dans la prolifération des rats.

La « pratique innovante » qui consiste à « transformer les déchets alimentaires sur place en compost » serait une superbe idée si les commerçants jouaient vraiment le jeu. Quant à « la distribution de sacs biodégradables aux commerçants », ce serait là encore un très joli projet si tant est qu’ils songent à les remplir et à les jeter dans un lieu ad-hoc ! Mais tous ceux qui passent sur le parking juste après le marché peuvent voir qu’il reste des détritus alimentaires : il ne faut pas deux heures aux rats pour s’en saisir !

 

 

20190720_064606

 

buissons très sales

 

Enfin, il conviendrait sans doute de supprimer les « friches » alentours du marché et des résidences qui constituent des cachettes très efficaches pour les rats qui passent de l'une à l'autre sous nos yeux, y cachant vraissemblablement leurs « amours » prolifiques.

 

 

20190720_064010

 

 

 

Ce blog et cette lettre étant à l'initiative de copropriétaires du centre-ville, ils évoquent principalement la situation telle qu'elle est dans ce quartier. Nous ne doutons malheureusement pas qu'il en aille de même ailleurs : aux Beaudottes comme cela a d’ailleurs été publiquement évoqué lors de la réunion anru 2 il y a quelques mois ou aux abords du canal par exemple...

 

 

Monsieur le maire, nous vous serions infiniment reconnaissant de bien vouloir nous répondre dans les meilleurs délais pour nous informer des mesures que vos services entendent mettre en place pour assurer l'hygiène, la santé et la tranquillité de vos administrés.

 

Bien cordialement,

 

Garance Baupin

L'exemple de New York

Terrier par terrier, l'équipe de Rick Simeone, directeur du service antiparasitaire de New York, dans chaque trou, plusieurs petites pelletées de ce qui ressemble à des glaçons. Il s'agit de glace carbonique, du gaz carbonique refroidi, sous forme solide. A température ambiante, le dioxyde de carbone va reprendre une forme gazeuse et asphyxier les rats, qui le plus souvent dorment dans la journée. En moyenne, 90 à 100% des rongeurs sont exterminés. "C'est une révolution pour les parcs et les espaces verts", affirme M. Simeone, dont le service antiparasitaire de New York, qui comprend environ 160 personnes, dépend du département municipal de la santé. "On entend toujours que les rats gagnent la bataille. Mais ceci change la donne".

 

Pour combattre les rats, New York se met à la glace carbonique

 

"Se débarrasser de ces animaux sans cruauté"

John Stellberger est le premier à avoir utilisé la glace carbonique contre les rats aux Etats-Unis, en 2012, sur une idée d'un de ses employés. Patron d'EHS Pest Control, une société anti-parasitaire, Stellberger raconte en avoir parlé aux services sanitaires de Boston. En 2016, ces derniers tentent l'expérience, immédiatement concluante. Le recours à la glace carbonique est néanmoins suspendu quelques mois plus tard dans l'attente d'une homologation par l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA), obtenue en juin 2017. Début 2018, après plusieurs mois de tests, New York a officiellement adopté cette technique anti-rats, rejoignant Boston, Chicago et Washington.

La glace carbonique n'est utilisée qu'en milieu ouvert, dans les parcs et espaces verts, explique Rick Simeone, car ce serait trop complexe d'identifier des tunnels dans les rues et en milieu résidentiel, où le béton est omniprésent. Outre son efficacité, elle ne présente aucun risque pour la faune des parcs et jardins publics, contrairement au poison, qui était seul utilisé jusqu'ici. La méthode, au coût équivalent à celui du poison, correspond aussi à l'ère du temps, explique Stellberger : beaucoup de ses clients lui demandent aujourd'hui de "se débarrasser de ces animaux sans cruauté". "Les rats s'endorment, en quelque sorte", avant de mourir asphyxiés, explique Simeone.

L'accès à la nourriture : les trottoirs new-yorkais

Mais la glace carbonique ne résoudra pas, à elle seule, le problème des rats à New York, prévient Simeone, comme le spécialiste mondial de la lutte contre les rats, Robert Corrigan. En juillet 2017, le maire de New York, Bill de Blasio, a présenté un plan de grande ampleur, axé sur les trois quartiers les plus infestés de la ville, et doté de 32 millions de dollars. Il n'a pas mis en avant la glace carbonique, mais l'accès à la nourriture, le coeur du problème des rats, qui ont besoin d'environ 80 grammes de nourriture par jour pour survivre. Poubelles intelligentes, conteneurs fermés, augmentation de la fréquence de ramassage des ordures, collaboration entre les différents services de la ville, ce programme veut en finir avec le garde-manger permanent que constituent les trottoirs new-yorkais. Robert Corrigan, qui a travaillé avec la municipalité durant 12 ans, se félicite que la ville ait enfin choisi d'aborder la question de façon scientifique plutôt qu'empirique. "Quand je vois beaucoup de rats dans un quartier, plutôt que de chercher où mettre le poison, je demande : qui nourrit ces rats ?", dit-il, pour illustrer ce changement de philosophie. "Vous éliminez les poubelles", abonde Rick Simeone, "et vous n'avez même plus besoin de poison".

Et en France ? 

Contactée par Sciences et Avenir, la chambre syndicale 3D qui réunit les principaux acteurs de l'hygiène antiparasitaire (protection contre les parasites et les nuisibles) affirme qu'en théorie, il n'existe aucune opposition à l'utilisation de la glace carbonique en France pour lutter contre les rats. En effet, ce produit n'est pas encore considéré comme un biocide. Il est utilisé pour l'alimentation, la recherche ou la chimie comme il est possible de le lire sur le site de l'entreprise Air Liquide. Toutefois, la glace carbonique n'est cependant pas encore homologuée en tant que rodenticide donc les professionnels de la dératisation n'en font pour l'instant pas usage. "Il n'est cependant pas exclu qu'un dossier soit monté pour demander une homologation, précise la chambre syndicale 3D. Mais cela peut mettre ensuite 5 à 6 ans pour que l'utilisation devienne effective".

Les rats sont partout !

 

"En promenade, les rats marchent à côté de nous."

 

Des rats par centaines à l'entrée d'une tour de Saint-Denis

Paris des éboueurs découvrent plusieurs dizaines de rats dans une poubelle !

 

Extrait d'un article de Business travel publié le 7 décembre 2016

 

« De plus les rats qui courent sur les quais de la gare de Sevran-Beaudottes font vraiment très mauvaise impression pour un voyageur arrivant de l'étranger (l'unique gare où nous avons vu des rats lors d'un voyage)…Saluons néanmoins les petites améliorations sur la ligne comme l'espace bienvenu réservé désormais aux bagages à l'entrée de chaque voiture. »

22 juillet 2019

Témoignages de sevranais à propos des rats

 

 

gare Beaudottes rats

rats Beaudottes

Photos d'Ismahane Boulenoir aux Beaudottes

rats Beaudottes Ismahane Boulenoir 1

rats Beaudottes Ismahane Boulenoir 2

 

houria

 

 

Mme Aicha M.

« Je vous remercie d'avoir soulevé le problème de la prolifération des rats et de l'avoir mis à l'ordre du jour.

En effet, dans votre lettre vous disiez que la mairie dératise la ville une fois par an, lorsqu'on connaît la vitesse à laquelle se multiplient ces bestioles, on sait que ce n'est pas suffisant.

Adresser un e pétition au maire Stéphanie Blanchet est une bonne initiative, et je vous en félicite.

Votre témoignage est véridique, je vous rejoins sur l'ensemble des points que vous avez évoqués notamment que les rez de chaussées d'immeubles et les pavillons sont les plus exposées aux rats. Les réparations des dommages qu'ils causent sur nos biens restent à notre charge.

Malgré un grand nettoyage après chaque marché, les rats arrivent à se multiplier comme même.

On les croise près de la gare des beaudottes. On les croise près du canal.

J'ajoute que dans tous les buissons de Sevran logent ces rats. J'habite un rez de chaussées, j'ai eu la visite de ces nuisibles à 4 reprises, et chaque fois, j'ai alerté le service d'hygiène de Sevran.

Vous allez peut être pas me croire, mais sachez que ma seule phobie c'est les rats. Je ne peux même pas les voir en dessins animés ou en photo. Alors lorsque je sais qu'ils se sont introduits chez moi, je ne reste pas chez moi. Comprenez mon malaise.

Enfin, il est inadmissible que la mairie ne fasse rien de plus qu'une dératisation par an. Sachant que les rats sont porteurs de maladies et que tout ce qui touche la santé publique devrait être une priorité pour la commune.

J'espère que votre lettre pourra faire bouger les choses, et sachez Madame, que vous avez tout mon soutien.

Encore un grand merci. »

  

Louis A.

« Un rat est entré dans mon garage la semaine dernière. Handicapé, j'ai fait appel à une entreprise pour le déloger avant qu'il ne cause des dégâts et ne s'y reproduise. Mais si la dératisation n'est pas plus pugnace dehors, d'autres rats entreront chez moi et je n'ai pas financièrement les moyens de payer un dératiseur à chaque fois ! Et puis cela ne servira à rien de toute façon.

Il faut tapper "à la source" pour espérer éradiquer ce fléau »

 

  

Yves Nanni

jail jaune

sylvie sevranaise

 


Rats : prolifération et danger

Pourquoi les rats prolifèrent-ils dans les zones urbaines ?

Plusieurs raisons entraînent la prolifération des rats en milieu rural selon le site Dératisation du Coin (une entreprise de dératisation à Paris). En effet, le mode de vie de l’espèce humaine incite ces derniers à remonter en surface et à se multiplier à une vitesse fulgurante.

  • La nourriture que l’on jette dans la rue et dans les poubelles
  • Les détritus jetés en grande quantité par les usines alimentaires ou les déchets alimentaires des restaurants et fast-foods (les rats abondent là où il sent bon et là où la nourriture abonde) ou encore la vétusté de certaines habitations qui leur sert de foyer et de garde-mangers.
  • Les rats se nourrissent également des aliments donnés aux oiseaux, des restes de repas qu’ils retrouvent dans les égouts, dans les eaux usées et des déchets qui sont éliminés sans soins par l’homme.
  • Les rats dévorent tout sur leur passage sans aucune exception: œufs d’oiseaux, fruits, légumes, bois, textile, savon, papier, etc.…

Le milieu urbain est une réserve naturelle importante de nourriture. C’est pourquoi les rats aiment s’y installer en colonie. Pour les chasser rapidement de votre espace individuel, contactez une entreprise de dératisation à Paris.

Quels sont les impacts sanitaires ?

Les nuisances engendrées par les rats ne sont plus à contester. Ravage, désordre et nuisance sonore, vivre avec des rats sous un même toit n’est pas de tout repos. En termes de santé, les impacts sont nombreux :

  • Des études scientifiques ont révélé que via les germes du Paratyphus, les rats peuvent être la cause d’intoxication alimentaire (par manque d’hygiène).
  • La leptospirose qui présente les mêmes symptômes que la grippe est transmise à l’espèce humaine par les morsures de rats et leur urine. Vivre en respectant des règles d’hygiène normales, éviter les milieux infestés de rats et ne pas les toucher vous épargneront une contamination !
  • Les insecticides utilisés pour chasser ces rongeurs sont également mis en cause. En raison de leur toxicité, certains produits sont nuisibles et dangereux pour l’homme. Ces mammifères ont des organes (foie, reins etc.… qui fonctionnent comme pour l’homme) et un système métabolique identique à l’homme. On se demande si les hommes ne sont pas exposés aux mêmes risques que les rats courent ?

Les principales maladies véhiculées par les rats

La présence des rats dans un quelconque milieu, qu’il soit urbain ou rural est toujours un réel danger pour notre santé car ils peuvent souiller les denrées alimentaires par leurs excrétions graisseuses, leurs excréments et leurs urines. Les rats sont « les vecteurs » de certaines maladies telles que la salmonellose, la maladie de Lyme, la dysenterie, la toxoplasmose, la rage ou le typhus. Ces différents types de maladies peuvent facilement contaminer l’homme rien qu’en touchant les objets aspergés par les urines.

Par ses puces, le rat peut transmettre la peste qui peut être bubonique ou pulmonaire. Une maladie que l’on croyait disparue de la surface de la terre. Lorsque les puces ne trouvent plus d’hôtes pour les recevoir, elles s’attaquent directement à l’homme. La peste pulmonaire peut causer la septicémie et la mort à l’état aigu. Pour lutter convenablement contre le bacille de la peste, il faut adopter de meilleures conditions d’hygiène.

L’OMS ou l’Organisation Mondiale de la Santé a souligné que ces conséquences sont bel et bien réelles et des milliers d’hommes dans le monde sont encore contaminés par ces pathologies infectieuses transmises par notre hôte indésirable !

Comment s’en débarrasser ?

Débarrasser son logement de ces hôtes nuisibles n’est pas une option mais une nécessité. Vecteurs de maladies, causes de déprédations matérielles au niveau des murs, des fondements, des sols et des câbles électriques, ils ne sont pas les bienvenues chez nous ! La majorité de ces rongeurs comme les rats et les souris sont fécondes. Dès que vous constatez les premiers signes d’infestation, il est recommandé de traiter le problème à la source. Voici quelques conseils pour éviter l’invasion de ces nuisibles :

  • Essayez les solutions répulsives : poivre, bouquets à la menthe ou sauge, huiles essentielles à base de citronnelle ou d’eucalyptus et les feuilles de laurier,
  • Prenez un chat comme animal de compagnie,
  • Emprisonnez-les dans un piège mécanique, électrique ou à glu,
  • Utilisez un appât mortel avec une boisson au cola ou un mélange de farine et de plâtre,
  • Il faut bloquer leur passage pour s’introduire dans la maison. Bouchez les trous et calfeutrez les canalisations etc.…
  • Réduisez le nombre de déchets qui circule à la maison,
  • Optez pour des poubelles par des conteneurs fermés au dépend des sacs poubelles,
  • Usez de produits rodenticides qui ne sont pas dangereux pour l’homme.

Malgré vos efforts pour déloger cet invité de votre habitation, ceux-ci ne se sont pas avérés efficaces. La dernière solution est l’intervention d’une société de dératisation. Elle prendra ensuite la relève et débarrassera votre maison de ce rongeur nuisible.

Un gros rat se fait piéger vivant, regardez sa réaction.....

En ville :

Le développement de cette espèce de rongeur dit nuisible dans les zones urbaines sera limité voire supprimé si et seulement si, les hommes adoptent un mode de vie plus sain et plus écologique. Une fois qu’ils auront pris les bonnes habitudes, bien-être, confort et santé seront au rendez-vous !

À la campagne

En ville comme à la campagne, les solutions sont souvent les mêmes : pièges à rats, appareils à ultrasons et poisons. Les poisons se déclinent sous plusieurs formes et sont d’une efficacité optimale. En revanche, ils peuvent être dangereux pour vos animaux domestiques et les enfants en bas âge.

Mais, la meilleure solution reste le recours à des experts de la dératisation qui disposent de toutes les compétences requises, du professionnalisme exigé et de l’équipement adapté.

    

   

La leptospirose, qu'est-ce que c'est ?

 

Sciences et avenir

 

Un triathlète âgé de 44 ans est décédé mi-mai 2018 de la leptospirose, après s'être baigné dans le lac des Dagueys en Gironde, a dévoilé Sud-Ouest mercredi 30 mai. Pour l'instant, rien ne permet d'affirmer que cette baignade est le lieu où il a contracté cette pathologie, surnommée "maladie des rats". Comment cette dernière est-elle transmise ? Est-elle fréquente en France ? Sciences et Avenir fait le point.

 

 

Leptospirose

 

La leptospirose est une maladie bactérienne, causée par l'espèce Leptospira interrogans. Celle-ci se maintient assez facilement dans le milieu extérieur (eau douce, sols boueux), ce qui favorise la contamination, précise l'Institut Pasteur sur son site internet. Ses principaux réservoirs sont les rongeurs, en particulier les rats, qui excrètent la bactérie dans leur urine. Mais des animaux d'élevage comme les bovins, les chevaux ou les porcs, et des animaux de compagnie, comme les chiens, peuvent également transmettre la pathologie à l'homme.

 

Est-elle fréquente en France ?

 

La leptospirose est présente dans le monde entier, mais la plupart des cas sont recensés dans les pays du Sud. On estime à plus d'un million le nombre de cas sévères de leptospirose par an dans le monde, avec un taux de mortalité supérieur à 10 %. En France métropolitaine, cette maladie toucherait environ 600 personnes chaque année (une incidence en hausse depuis 2011), et l'incidence serait de 50 ou 100 fois plus élevée dans les régions tropicales, comme les collectivités d'Outre-mer françaises ou de nombreux pays d'Amérique Latine et d'Asie du Sud-Est. La majorité des cas survient pendant la saison des pluies. La maladie touche plus fréquemment certaines professions exposées (agriculteurs, éleveurs, égoutiers...) et les adeptes de loisirs en plein air notamment aquatiques (pêche, baignade, kayaking, rafting, canyoning), par contact avec les eaux douces souillées par les urines d'animaux infectés.

 

Quels sont les symptômes ? 

 

Chez l'homme, la maladie est dans la majorité des cas bénigne : après une incubation, de quatre à une dizaine de jours, elle se manifeste par des signes ressemblant à la grippe (fièvre élevée avec frissons, maux de tête, douleurs musculaires et douleurs articulaires diffuses... ). Les formes graves peuvent entraîner une atteinte de tous les organes (défaillance multiviscérale) potentiellement mortelle, avec une insuffisance rénale, des hémorragies et une jaunisse.

 

Quels traitements ? 

 

Le traitement des formes graves nécessite une hospitalisation. Il repose sur la réanimation médicale et l'administration d'antibiotiques (amoxicilline, céphalosporine et cyclines) le plus tôt possible, ce qui diminue le risque de complication.

 

Comment s'en prémunir ?

 

"Pour la prévention, les mesures de lutte collective basées sur la dératisation, le contrôle des effluents des élevages industriels, le drainage des zones inondées seraient efficaces mais difficiles à mettre en œuvre", juge l'Institut Pasteur. Un vaccin humain est proposé en France uniquement aux travailleurs très exposés (égoutiers, éboueurs). Les protections individuelles (gants, lunettes, bottes) sont conseillées lors des activités à risque. Un vaccin existe également pour les chiens, et est largement utilisé en France.

 

 

 

23 juillet 2019

Echanges avec la mairie de Sevran

DU PLUS RECENT AU PLUS ANCIEN

  

Mail envoyé le 24/07/2019 à l'attention :

 

de M. Le Maire de Sevran ; des élus en charge de de l'amélioration du cadre de vie, des travaux et des sports ; des politiques de santé et de prévention ; du conseiller municipal en charge du projet Terre d'Eaux et aménagement des pôles gares ; de la direction générale des services techniques et des service environnement/propreté et espaces verts ; de Mme la député de la 11e circonscription

Cliquez pour agrandir

plan espaces verts centre ville non dératisés

 

 


logo sevranAppel au service technique
  
  
  
Passé par Mme L. av Berlioz

Mon interlocuteur, M. J.C Michel (01.41.52.42.89) m'affirme que la société en contrat avec la ville de Sevran doit « justement passer demain à partir de 8h pour remettre des pièges dans le parc des soeurs ET en fin de semaine ou début de la semaine prochaine purger les réseaux des avenues du marché et Berlioz ». Il a ajouté qu'une campagne de « 15 jours commencerait le 29 juillet autour des bâtiments communaux ».

Pour le reste... Il n'est pas au courant que les terrains en rez de chaussée des immeubles Isabelle, Irène et du Stade appartiennent à la ville. Il a promis de venir voir sur place demain matin à 8h pour faire un « état des lieux » et demander un devis qui devra être accepté avant intervention.
Si certains veulent se joindre à ce rendez-vous, n'hésitez pas, je suis au n°28 ».

   

Mail envoyé le 22/07/2019 à l'attention :

de M. Le Maire de Sevran ; des élus en charge de de l'amélioration du cadre de vie, des travaux et des sports ; des politiques de santé et de prévention ; du conseiller municipal en charge du projet Terre d'Eaux et aménagement des pôles gares ; de la direction générale des services techniques et du service environnement/propreté ; de Mme la député de la 11e circonscription

Cliquez sur l'image pour agrandir

26 juillet 2019

Une résidente de l'av Berlioz écrit au maire et dératise « chèrement » son appartement !

N'hésitez pas vous aussi à écrire, envoyer des mail, téléphoner : merci de nous communiquer copie de vos documents que nous rendront anonymes si vous le demandez.

Vous êtes déjà 161 à avoir signé la lettre ouverte à M. Le Maire. Continuez SVP : nous avons pas encore reçu de réponse !

 

Lettre au maire pour blog 26 07 2019

devis truly nolen-signé pour FB

RSD

09 août 2019

Une résidente de l'av Berlioz écrit pour la seconde fois au maire suite à ses publications

Monsieur le maire

 

 

Vous avez accusé réception de mon RAR 3E00026110523 le 29 juillet dernier mais n’y avez pas encore répondu directement...

En revanche, vous avez communiqué par voie de presse et fait publier trois articles sur le site de la ville auxquels je me dois de répondre point par point...

 

Vous dites que « [la ville] sollicite aussi en cas de besoin ponctuel, [une entreprise spécialisée] par exemple si des terriers ont été repérés » et que « Sevran veille à ce que [la population des rats] ne prenne pas d’ampleur ».

 

Je suis obligée de m’inscrire en faux sur cette assertion. A titre personnel, depuis 2012 j’ai interpellé vos services à trois reprises – c’est-à-dire chaque fois qu’un rat s’est introduit dans mon domicile – demandant à ce que la dératisation intègre les espaces verts proches de nos immeubles de l’avenue Berlioz ainsi que nos jardins privatifs propriété de la ville où chacun pouvait observer des terriers et surtout des rats.
Chaque fois - jusqu’à ces derniers jours - j’ai enregistré une fin de non recevoir...

 

Vous dites également : « Parfois on peut avoir l’impression qu’ils [les rats] sont plus nombreux, alors qu’ils sont juste plus visibles. Par exemple, les travaux les dérangent ou les délogent. Quand ils sont sous nos yeux, c’est parce qu’il y a de la nourriture. » 

Si les rats déménagent jusque dans nos parcs publics et nos jardins privatifs, c’est pour s’y installer et y proliférer tranquillement puisque aucune dératisation n’y a été entreprise avant que nous ne médiatisons ce problème ! Si aux abords du marché il y a effectivement de la nourriture – ce que chacun peut constater – peut-être faudrait-il contraindre les commerçants à se plier au respect des mesures d’hygiène et à l’utilisation des sacs biodégradables https://bit.ly/2YPgoKd

On peut certes déplorer quelques incivilités de la part de sevranais à cet égard mais c’est plus marginal... Des actions de prévention en direction de la population pourraient être mises en place rapidement, à tous les niveaux.

 

« Depuis quelque temps, la présence de rats autour des deux gares se fait trop dérangeante. »

 

C’est depuis les travaux de mise aux normes des gares en 2012 – et non « depuis quelque temps » que nous constatons une prolifération des rats plus inquiétante que dérangeante...

 

« La SNCF et la Société du Grand Paris, responsables de ces travaux, ont été sollicitées par la municipalité pour lui apporter un soutien sur le terrain ».

Nous aimerions beaucoup connaître la réponse et l’implication des acteurs des travaux de la ligne 16. C’est pourquoi nous avons ajouté à la liste des destinataires de notre lettre ouverte messieurs Bruno Beschizza, Président de Paris Terre d'Envol ; Patrick Ollier, Président de la Métropole du Grand Paris et Thierry Dallard, Président de la Société du Grand Paris express.

 

 « Les bailleurs et les copropriétés sont aussi responsables des interventions sur leurs patrimoines. A charge à eux de programmer les opérations en fonction des besoins. »

Ne vous semble-t-il pas indispensable de coordonner les actions de dératisation afin qu’elles gagnent en efficacité ? Par ailleurs, il vous appartient - au titre de premier magistrat de la ville - d’exiger des bailleurs récalcitrants (qui laissent à bien des égards leur patrimoine et leurs locataires à l’abandon) qu’ils s’exécutent !

 

« 130 postes d'appâts ont été installés par le prestataire en charge de la lutte contre les rongeurs. Il s'agit de boîtes sécurisées rechargeables en appâts, placées à des intervalles de 10 à 20 mètres dans la zone de traitement. »

Pour venir à bout d’un unique rat, votre prestataire m’a facturé 240 € TTC pour une intervention à domicile de 30’ comprenant la pose de 6 pièges à glue ; 2 postes chargés de 8 appâts (similaires à ceux posés sur l’espace public) ; 2 tapettes et a projeté à deux reprises sous mes meubles une mousse qui, déposée sur le pelage des rats, a pour objectif de les trucider lorsqu’ils la lèchent. Cette unique bestiole n’a pas touché aux appâts, s’est échappée deux fois des pièges à glue et court toujours ! Cerise sur le gâteau : le prestataire m’a conseillé, au cas où la bestiole se collerait une 3e fois sur un piège à glue, de l’attraper et de la jeter dehors moi-même !

 

Pour venir à bout de la prolifération des rats dans notre quartier, la ville aurait fait poser 130 postes à appâts pour un montant de 4 195,87 €... Je suis désolée de vous dire que je ne suis pas sûre que cette intervention fasse diminuer considérablement la population de nuisibles.

 

 « Ces interventions ont eu lieu autour des résidences Isabelle, Irène, dans le parc des Sœurs, autour du marché, du stade, rues Mère-Térésa, Berlioz, Jouhaux... »

Avec quelques voisins, nous avons eu beau ouvrir les yeux en grand, nous avons du mal à croire que les appâts soient si nombreux... pour qu’il y en ait réellement eu 130 de posés.

 

« Cette opération s'inscrit dans le cadre des campagnes menées tout au long de l'année dans tous les secteurs de la ville impactés par cette recrudescence de rongeurs. »

Nous laissons à nos concitoyens des autres quartiers impactés par la prolifération des rats le soin de vous répondre...

 

Selon l’interview donnée au Parisien, « l'objectif mené par la ville vise, non pas à éradiquer totalement la population des rongeurs, mais à la réguler puisqu'elle participe à l'écosystème urbain : un rat peut engloutir jusqu'à 9 kg de détritus chaque année. Ils sont également d'une aide précieuse pour déboucher les tuyauteries »

Où va se nicher l’écologie ?  De ce point de vue, vous pourrez bientôt vous féliciter des résultats de la politique de dératisation municipale... Un rat femelle pouvant avoir55 petits par an, on estime qu’un couple de rats donne naissance à une descendance de 5.000 individus sur une année. Que d’économies générées sur la gestion des déchets ménagers !

 

Persuadés que vous serez sensibles à nos demandes et à celles de nos concitoyens, nous vous prions de croire, monsieur le maire, en l’expression de nos salutations les plus courtoises.

 

 

 

Les rats de Sevran par l'association Bâtisseurs d'égalité

14 août 2019

Non, les habitants de Sevran ne sont pas les seuls responsables de la prolifération des rats !

Le 8 août dernier, Le Parisien publiait La ville de Sevran en a «rat-le-bol» dans ses colonnes.

Cet article comporte un certain nombre de contrevérités qui nous agacent au plus haut point.

 

Article Parisien 1

Article Parisien 2

Les rats n'ont pas attendus les travaux de construction de la ligne 16 du Grand Paris Express pour proliférer à Sevran. Ils ont été délogés de ces gares durant les travaux de mise aux normes des quais en 2012 !

Et depuis 2012, ils prolifèrent dans le moindre espace vert de la ville.

 

Article Parisien 3

 

Réguler la population des rats ???

Un seul couple de rat peut générer 35 petits sur une année... La femelle commence à se reproduire dès 2 mois... On peut facilement en déduire qu'aujourd'hui, des milliers de rats se promènent et se reproduisent tranquillement dans tous les quartiers. Il y a de la marge pour « réguler »...

 

Article Parisien 4

Certes, la mairie de Sevran a fait un effort en faisant intervenir une entreprise dans le quartier Berlioz. Mais beaucoup d'autres quartiers demeurent dans l'attente d'intervention !

Notre ville ne peut plus se contenter d'une dératisation « systématique et préventive » et faire des habitants les seuls responsables de la prolifération des rats en leur distribuant un « guide des gestes à adopter pour lutter contre la propagation des rats »... Cette démarche pourrait-être perçue comme... méprisante !

Il faudrait tout de même que la municipalité prenne la mesure réelle de ce que nous supportons dans cette ville et jusque dans nos locaux et appartements en rez-de-chaussée...

 

Article Parisien 5

« L'épargne communale augmente, le désendettement passe sous la barre des 8 années contre 21 auparavant. (...) » s'enorgueillissait la mairie dans un article paru lui aussi dans Le Parisien il y a 6 mois.

Mais elle n'a engagé sur l'année que « près de 35 000 € dans la dératisation ».

Si la police Municipale a signé 1 440 procès verbaux depuis le 1er janvier et procédé à 762 enlèvements de véhicules, pourquoi ne verbaliserait-t-elle pas les contrevenants - commerces, entreprises, particuliers - qui déposent des détritus alimentaires sur l'espace public ? Voilà une ressource qui ne demanderait qu'à être affectée à une dératisation curative

 

En conclusion :

Dans le fameux « guide des gestes à adopter pour lutter contre la propagation des rats », la municipalité se propose d'inciter les sevranais à « fermer ses poubelles ». Et si elle commençait par doter les siennes de couvercles ?

20190728_002748Poubelle municipale à proximité de la place Gaston Bussière.

20190801_193918Poubelle municipale à proximité du marché.

20190807_003611Poubelle ouverte durant plusieurs jours, devant l'école Sévigné !

20190807_003621Absence de poubelles en nombre suffisant durant plusieurs jours, devant l'école Sévigné !